/Senior,%20BIBS,%20animations...%20Toute%20l'actualité%20du%20Bièvre%20Saint%20Geoirs%20Rugby%20Club
Senior, BIBS, animations... Toute l'actualité du Bièvre Saint Geoirs Rugby Club
Favori 

DESTINS CONTRARIES, VOLONTÉ DÉCUPLÉE

destins-contraries

Le rugby n'est pas leur seul point commun, Dorian, Sylvain et Marie-Laure n'ont pas eu un parcours linéaire, les aléas de la vie, la destinée ne les ont pas épargnés.                                                                                                                                                                                                           Leurs témoignages vous éclaireront sur leur quotidien, leur vision du handicap et le message qu'ils souhaitent faire passer à tous.               D'autres personnes au club ont également des problèmes de santé ou d'autres soucis qui rendent compliqués leur quotidien. Vous pourrez également vous faire connaitre le BSGRC sera heureux de faire partager votre témoignage.

Présentation du plus âgé au plus jeune (il fallait bien un critère pour classer ces beaux témoignages)

DORIAN

Présentation

Dorian SILLANS, 43 ans domicilié à La frette                                                                                                                                                                               Scolarité : Brevet des Collèges (Jongkind à La Côte St André), Lycée jusqu'en 1ère S (Hector Berlioz à La Côte St André) puis apprentissage de cuisine à l 'IFPAC de Bourgoin-Jallieu en alternance à l'Hôtel de France (1 étoile au Michelin) à La Côte St André de 1993 à 1995. CAP de cuisine (2ème de l'Isère).                                                                                                                                                                                             Sport : 5 ans de basket La Frette et 5 ans de rugby Entente St Etienne / Izeaux.

L'accident

Accident de la route le 27/08/95 à Brézins. Je me suis endormi au volant, seul responsable et pas de victimes collatérales.                              7 jours de coma puis 15 jours de coma artificiel, lésion de la moelle épinière niveau D9-D10, traumatisme crânien, fracture de la mâchoire, fracture du fémur gauche, fracture ouverte du tibia - péroné droit avec pose d'un fixateur externe, trachéotomie, pneumothorax pour le principal.                                                                                                                                                                                                               CHU Grenoble du 27/08/95 au 02/11/95. Centre de rééducation Henry-Gabrielle à Saint-Genis-Laval du 02/11/95 au 05/07/96.

C'est le lendemain de mon arrivée à St-Genis-Laval que j'apprends le verdict sur ma situation par le docteur qui part en congé maternité à savoir ma paraplégie. A tout juste 20 ans, c'est le monde qui s'écroule !!! Après la difficile période d'acceptation (pour moi une quinzaine de jours) qui va jusqu'à se demander de l'intérêt de vivre, il faut reprendre le dessus avec le soutien de ma famille et des amis (essentiels à mes yeux). J'ai trouvé une équipe soignante dynamique, enjouée et attentive qui a aussi participé à ma longue reconstruction. On était de nombreux jeunes patients avec des pathologies plus ou moins similaires, ce qui nous a permis de nous motiver et de nous soutenir quand on avait des coups de moins bien pour avancer dans notre réadaptation fonctionnelle.

Conséquences de l'accident

Il faut apprendre les transferts pour passer du lit au fauteuil roulant, la maniabilité de celui-ci, réapprendre tous les gestes du quotidien qui sont modifiés (toilette, habillage …) et tout ce qui concerne la paraplégie. On voit le fauteuil roulant mais ce n'est que la partie visible de l'iceberg pour la personne handicapée. Il y a différentes affections au niveau urinaire, circulatoire, du transit, cutané....... Et par rapport à celles-ci, il faut apprendre de nouveaux gestes pour essayer de pallier au mieux à ces dysfonctionnements. Chaque tâche à effectuer est plus longue dorénavant. Quand cet enseignement est maîtrisé, le retour à la maison s'effectue. Pour moi, comme j'habitais à l'étage, il a fallu mettre un élévateur extérieur pour accéder au balcon, couper les encadrements de porte pour le passage du fauteuil et rendre accessible la salle de bains. Lors des premières sorties, il faut appréhender les différents regards (interrogateurs, insistants…) des gens qui peuvent gêner, ça ne m'a jamais trop perturbé et avec le temps on n'en tient plus compte.

Parcours avant l'accident

Au niveau professionnel, pour moi la cuisine était ma passion. Après l'accident, j'ai refait des stages en cuisine mais il est apparu de nombreuses difficultés liées au handicap (hygiène, sécurité). C'est un métier dur et exigeant déjà en étant valide.                                     J'allais finir mon contrat le 31/08/95 à La Côte St André et débuter chez Marc Veyrat (3 étoiles au Michelin) début septembre, ensuite je projetais d'aller travailler au Japon (il y avait des cuisiniers japonais à l'Hôtel de France). Ce sont des projets qui tombent à l'eau.            On peut bien sûr travailler en étant handicapé mais certains métiers s'y prêtent plus aisément que d'autres. Pour ma part, la nature du métier ainsi que les ennuis physiques (escarres à répétition) ont été de gros obstacles.

Message que tu souhaites faire passer.

Je positive toujours sur ma situation car au centre de rééducation, on voit des cas beaucoup plus lourds et cela à tout âge donc je dis que dans mon malheur, j'ai quand même eu une part de chance. Je conduis (ayant déjà le permis avant l'accident, j'ai juste repassé la conduite avec équipements adéquats au centre de rééducation qui le proposait) et peux donc me déplacer. Je pratique du handibasket au CSBJ Handisport, la pétanque en loisirs. J'ai fait du tir à la carabine et des lancers en athlétismes. Je suis dirigeant au Bièvre St Geoirs RC, trésorier du Comité des fêtes de La Frette et conseiller municipal.                                                                                                                                   Même si c'est plus compliqué et qu'il y a des choses que l'on ne peut plus faire, ça n'empêche pas tout non plus. Il faut profiter de tout.     L'accessibilité des villes et des lieux publics est encore loin d'être idéale même s'il y a du mieux. Je ne suis pas fan de la loi qui impose l'accessibilité de tous les commerces, mais je l'exigerai à toutes les nouvelles constructions, ce qui est loin d'être le cas car il n'y a pas de collaboration avec les personnes concernées. Les places de parking réservées ne sont pas toujours respectées et pas faites correctement non plus toujours par manque de discussion avec les utilisateurs.

MARIE-LAURE

Présentation

Marie-Laure, 42 ans.                                                                                                                                                                                                                                  Mandataire judiciaire à la protection des majeurs.                                                                                                                                                                               Je m'occupe de la gestion des jetons lors des matchs le dimanche, quand mes jambes me le permettent j'aide à la buvette lors des diverses manifestations du club. Je m'occupe également du suivi des licences et des cartes d'abonnés en début de saison.

Parcours avant l'accident

Je n'ai pas eu d'accident mais je suis née avec une maladie génétique orpheline : L'ostéogenèse imparfaite ou maladie des os de verre. Vous connaissez peut-être le pianiste Michel Petrucciani ou l'humoriste Guillaume Bats ? Et bien j'ai la même maladie à un stade différent.                                                                                                                                                                                                                                                               Pour ma part, cela se caractérise par des fractures (souvent spontanées), une hyper laxité et des déformations osseuses.                                   J'ai cessé de compter les fractures à la 20ième mais cela aurait pu être bien pire puisque j'ai seulement une forme modérée de cette maladie.                                                                                                                                                                                                                                                                     Je suis née avec, j'ai grandi avec et je vieillis avec, contrairement à un accident, je n'ai pas eu à réapprendre à vivre avec un handicap puisque je n'ai pas connu une vie sans.

Conséquences de la maladie.

Enfants, je ne pouvais pas faire les mêmes activités que les autres : pas de sport, je ne pouvais pas aller dans la cour de récréation, je ne pouvais pas faire certains jeux afin de ne pas être bousculée…Heureusement, les copines étaient là pour partager du temps avec moi, les institutrices et les professeurs m'ont permis d'avoir une scolarité normale et mes parents ont fait en sorte que je sois « comme les autres ».                                                                                                                                                                                                                                                                        J'ai passé beaucoup de temps à l'hôpital, j'ai eu pas mal d'opérations….                                                                                                                   Aujourd'hui, le quotidien, ce sont les douleurs, elles sont souvent difficiles à supporter. Les risques de fractures, les déformations osseuses sont également une source d'angoisse.                                                                                                                                                                                   La frustration de ne pas pouvoir « faire comme tout le monde » s'est envolée avec le temps mais le regard des autres reste parfois dur à supporter. C'est dans ces regards que je ressens le plus ma différence et certaine fois, c'est plus difficile que d'autres à encaisser.                   Ne pas avoir d'enfant a été également une épreuve. J'en avais la possibilité, mais je transmettais mon gène sous une forme modérée ou sévère. Mon expérience personnelle m'a dissuadée et privée de cette joie.                                                                                                                         L'âge avançant je sais que mes os vont se briser à nouveau à un rythme plus soutenu….

Message que tu souhaites faire passer ?

Quand on a un handicap on fait tout pour gommer ses différences. L'acceptation de soi et de son handicap sont pour moi les étapes les plus difficiles à franchir. S'efforcer de travailler quelques soient les douleurs, ou les obstacles est pour moi une nécessité, j'espère pouvoir continuer le plus longtemps possible.

Le bénévolat est pour moi, une façon de m'ouvrir aux autres, de m'enrichir, d'essayer de gommer mes différences, de ne pas m'enfermer et m'isoler. J'en fait depuis que j'ai 16 ans, aujourd'hui au rugby et à la médiathèque. Du moment que la mission que l'on me confie est possible en étant assise. Se sentir utile est essentielle pour moi. Je finirai par un rappel au civisme, les places réservées aux handicapés sont malheureusement trop souvent prises par des personnes qui n'en ont pas besoin. Si les différents témoignages pouvaient sensibiliser à cela, ce serait déjà bien.

SYLVAIN

Présentation

Sylvain GIOVANELLI, 29 ans, domicilié à la Frette.                                                                                                                                                                          Métreur, technicien étude de prix bâtiment chez SBI à St Egrève                                                                                                                                           Entraineur BSGRC séniors

Parcours avant l'accident

Maçon dans l'entreprise POLLARD                                                                                                                                                                                                     Joueur BIBS depuis minime                                                                                                                                                                                                                          Joueur BSGRC sénior, 5 saisons                                                                                                                                                                                                               Joueur BEAUREPAIRE, 1 pseudo saison

L'accident

Le 15/09/2013                                                                                                                                                                                                                                                    Lors du 1er match de championnat fédérale 2 (réserve), en 2ème mi-temps juste après avoir refusé de sortir, sur un plaquage, je me retrouve KO pendant une dizaine de secondes. En reprenant connaissance je me rends compte que je n'arrive plus à bouger le bras, pas plus inquiet que ça, à ce moment-là j'étais loin de m'imaginer ce qui venait de m'arriver…                                                                               Quelques minutes après toujours aucune réaction et des douleurs de plus en plus fortes, à tel point que je commence à m'énerver sur les personnes qui m'entoure pour faire quelques choses.                                                                                                                                                                  Les pompiers arrivent, les douleurs deviennent insupportables, j'hurle de douleurs et là le flou le plus total commence, je me rappelle être à un moment donner à l'hôpital en train de demander plus de morphine ou je ne sais quel médicament pour atténuer les douleurs, alors que j'étais déjà perché et avait du mal à parler. Plus tard j'apprendrais qu'il s'agissait de la douleur du membre fantôme.                   Le reste de mes souvenirs de l'après accident sont assez vague, 3 jours à l'hôpital de Pontarlier ou personne ne pouvait (ou ne voulait) me dire clairement ce qui allait se passer.                                                                                                                                                                                                De médecin en médecin, il a fallu attendre le 11/10/2013 lors d'un électromyogramme pour qu'un spécialiste m'annonce très froidement (c'était un con clairement) que je ne retrouverai jamais ou presque l'usage de mon bras et de ma main. (Arrachement du plexus brachial à la racine, en d'autres termes tous les nerfs qui contrôlent la main et le bras ont été débranchés de la moelle épinière)     Par la suite je me suis fait opérer sur Paris par des spécialistes, 8h d'opération en tout, quasiment 200 points et agrafes sur le corps, pour retrouver une légère flexion du biceps, c'est cher payé mais c'est toujours ça de pris.                                                                                  D'autres opérations étaient programmées, arthrodèse de l'épaule et autres que j'ai refusés par ras le bol de la salle d'opération, de la rééducation derrière, des soins et tout ce qui s'en suit pour un résultat pas forcément convaincant. A ce moment-là cela faisait déjà plus d'1 ans que je ne faisais que ça.                                                                                                                                                                                                                         J'ai donc décidé d'avancer et de passer à autres choses.

Conséquences de l'accident.

Pour faire simple, il faut repartir de zéro. Devenir gaucher en étant droitier ! cela prend du temps.                                                           Réapprendre un métier, balayer tous ses loisirs et tous ses projets ou presque et ne pas savoir ce que vous ferez demain c'est avéré plutôt compliqué…                                                                                                                                                                                                                                          Avant cela on vous parle de deuil et tout le tralala auquel on dit tous oui oui… en écoutant que d'une oreille et au final avec du recul en se rend compte que c'est purement et simplement la vérité, de passer par toutes ses phases est incontournable je pense, même avec un mental d'acier.                                                                                                                                                                                                                                                        J'ai dû réapprendre les gestes du quotidien le plus élémentaires mais les plus ennuyants au final, se brosser les dents, s'habiller, manger, toilettes, se raser, écrire, …                                                                                                                                                                                                  Réaménager également une voiture, repasser un permis spécialisé pour pouvoir conduire avec des équipements personnalisés.                Cela m'a pris environ 1 an et demi.                                                                                                                                                                                                               Un accident de voiture ou je me suis retrouvé sans l'usage de mes deux bras pendant quelque temps suivi de 3 mois en centre de rééducation m'ont permis de réfléchir, j'ai commencé à reprendre ma vie en main.                                                                                                               Il a fallu prioritairement trouver une reconversion professionnelle, je suis donc rentré en formation sur Lyon en alternance avec mon entreprise actuelle, pour réapprendre un métier dans le bâtiment.                                                                                                                                              Ce qui a plutôt réussi car j'ai enchainé avec une deuxième formation plus spécialisée sur l'informatique liée à mon métier. J'ai ensuite été embauché il y a maintenant plus d'1an.                                                                                                                                                                                          Les conséquences sur la vie sociale sont celles les plus durs a gérer pour ma part, à passer par tous ces moments compliqués on y laisse forcément des plumes. Au début il m'était quasiment impossible de sortir un samedi soir à St Etienne ou venir un dimanche après-midi à la Daleure et croiser les regards et les paroles de tous mes collègues et connaissances.                                                                                                      Je suis donc parti m'éloigner du côté de Brive la gaillarde pendant une dizaine de mois ou les gens n'avaient pas ce regard là à chaque fois qu'il me voyait.                                                                                                                                                                                                                                             Cela a eu quelques conséquences sur mon entourage proche qui voulait être proche de moi à ce moment-là tandis que moi je souhaitais être loin de tout ça.                                                                                                                                                                                                                                                     In fine je suis revenu ici, et petit à petit ma vie sociale se reconstruit, il a fallu du temps et il en faudra encore.                                                         Le dernier point sur ma vie quotidienne et pas des moindres sont les douleurs du membre fantôme que je subis tous les jours et même en étant sous morphine H24.                                                                                                                                                                                                                            A force on s'habitue à la douleur ? Non ! On apprend à l'accepter et à la subir mais elle est toujours présente et me fait toujours autant souffrir.                                                                                                                                                                                                                                                                         Cela restera ma bête noire qui surgit à n'importe quel moment dans la journée et plusieurs dizaines de fois par jour.                                           Pour conclure, le handicap reste un éternel combat de tous les jours.

Message que tu souhaites faire passer.

« Le respect, c'est comme le sourire : ça ne coûte rien et tout le monde aime ça. »

BIÈVRE / VINAY DE CE DIMANCHE REPORTE A UNE DATE U...
UN DERBY POUR FINIR L’ANNÉE
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
lundi 17 juin 2019
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

Image Captcha

colas
COLAS
Entreprise française de travaux publics, filiale du groupe Bouygues...
En savoir plus sur COLAS
alp_etudes
ALP'ÉTUDES
A la fois bureau d’études techniques infrastructure et...
En savoir plus sur ALP'ÉTUDES
super_u_saint_etienne_de_saint_geoirs
SUPER U
Hypermarché à St Étienne St Geoirs
En savoir plus sur SUPER U
samse
SAMSE
SAMSE est un groupe de distribution de matériaux de construction...
En savoir plus sur SAMSE
Tonnellerie_VILLARD
Tonnellerie VILLARD
Fûts, tonneaux, piquets, tuteurs, treillage, bois...
En savoir plus sur la Tonnellerie VILLARD
arseppo
ArSeppo
Intégration mécanique et électronique...
En savoir plus sur ArSeppo
gdp_vendome
GDP VENDÔME
Acteur de référence sur le marché de l'EHPAD...
En savoir plus sur GDP VENDÔME
dauphine_beton
DAUPHINÉ BÉTON
La marque de GACHET S.A spécialisée dans le béton
En savoir plus sur DAUPHINÉ BÉTON
RYB
RYB
Spécialiste des solutions polyéthylène dans la Construction-BTP...
En savoir plus sur RYB